Et pourtant, tu étais ma maman de Catherine Barneron

Catherine Barneron_Et pourtant tu étais ma maman« Et pourtant, tu étais ma maman » est le roman autobiographique de Catherine Barneron, publié aux Editions Archipoche dans la collection « Récits et témoignages ».

Dans ce livre, l’auteure présente les actes de tortures morales et physiques que sa famille lui aura fait subir pendant six longues années.

Ce récit a déjà fait l’objet d’une première publication en 1998 sous le titre « Les oignons crus » chez le même éditeur. Il sera réédité, dans une édition augmentée, sous le titre « Et pourtant, tu étais ma maman » en 2017.

Dans cet article, je vous présenterai ce témoignage poignant de Catherine Barneron.

Et pourtant, tu étais ma maman de Catherine Barneron : un résumé de l’histoire

« – Pourquoi toute cette haine contre moi ?

Je pensais qu’elle allait nier la chose d’une façon ou d’une autre. Mais non.

– C’est physique, répondit-elle. J’ai toujours ressenti le besoin de te faire du mal. C’est comme ça, je ne peux pas vraiment l’expliquer. Quand je te vois, il me vient aussitôt des envies de meurtres. »

Jusqu’à l’âge de six ans, Cathy mène une vie heureuse chez son parrain et sa marraine. Alors qu’elle ne l’a jamais vue, sa mère biologique viendra la chercher en compagnie d’une assistante sociale, directement à l’école.

C’est dès les premières heures de retrouvailles que l’enfer de Catherine commencera. Elle vivra avec sa mère, son beau-père et ses frères et sœurs dans un appartement miteux où l’alcoolisme règne.

Très rapidement, elle deviendra le souffre-douleur de la famille, réalisant les basses besognes et n’ayant pour seul repas des oignons crus. Ses « parents » obligeront Cathy à voler dans les magasins et à l’école. Elle deviendra très vite l’objet sexuel de son beau-père et les violences physiques et morales seront sont lot quotidien.

Par miracle, elle sera placée à la DASS à l’âge de 12 ans.

Des années plus tard, Suzanne, la mère de Cathy est victime d’un accident lors d’une féria. Aucun de ses enfants ne souhaitant l’héberger pendant sa convalescence, c’est Catherine qui l’accueillera.

Elle profitera de ce rapprochement pour demander à sa mère pourquoi elle lui a fait subir tout cela.

Suite à ces semaines de vie commune avec Suzanne, Cathy décidera de prendre les choses en main et de démêler tous les secrets de famille liés à sa naissance.

 

Et pourtant, tu étais ma maman de Catherine Barneron : mon avis sur le livre

J’ai pour habitude de lire des romans autobiographiques ou témoignages sur des enfances difficiles et malheureuses. Cependant, celui-là relate des souffrances et maltraitances très douloureuses ainsi que des actes au comble de la barbarie.

Malgré la dureté des propos, il est difficile de lâcher ce bouquin. Certains passages sont tellement cruels qu’ils m’ont marqués au fer rouge.

Au fil des pages, nous découvrons une petite fille très courageuse qui, devenue adulte, a décidé de faire découvrir son calvaire dans un témoignage poignant, révoltant et émouvant à la fois.

J’ai beaucoup de compassion et de respect pour la petite Cathy qui a vécu toutes ces atrocités.

A très bientôt sur Cannibalecteur,

Céline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *