Les dieux voyagent toujours incognito de Laurent Gounelle

J’ai eu la chance de rencontrer Laurent Gounelle lors d’un congrès de développement personnel. J’étais en train de lire son deuxième livre, « Les Dieux voyagent toujours incognito », j’en ai donc profité pour le faire dédicacer.

Ce roman a reçu le Prix du roman d’entreprise 2011.

Dans cet article, je vous présenterai ce livre de Laurent Gounelle.

 

 

 

Les dieux voyagent toujours incognito de Laurent Gounelle : un résumé de l’histoire

« J’avançais lentement, très lentement, sur la poutrelle d’acier que cet éclairage si particulier avait transformée en or sombre. Cette nuit, la tour Eiffel et moi ne faisions qu’un. Je marchais sur l’or, en respirant très doucement un air tiède et humide d’une saveur étrange, attirante, enivrante. Sous mes pieds, cent vingt-trois mètres plus bas, Paris, allongée, se donnait à moi. Ses lumières scintillantes étaient autant de clins d’œil, d’appels. Patiente, se sachant irrésistible, elle attendait que mon sang vienne la féconder. »

Alan est au bout du rouleau : sa petite amie vient de le quitter et en plus il n’aime pas son travail. Aujourd’hui, il est décidé, il veut mettre fin à ses jours. La vie est bien trop difficile. Déterminé, il a imaginé sauter depuis la tour Eiffel. Il sait exactement où se rendre sur la dame de fer, il l’a lu dans un article, il y a quelque temps. C’était un article spécialisé sur le suicide où le lieu secret et parfait était révélé.

Il a les jambes dans le vide lorsqu’un homme mystérieux l’interpelle. Il lui propose de l’aider, de le rendre heureux en échange de son engagement sur la vie, sur sa vie.

Complètement perdu, Alan accepte ce marché un peu farfelu. Il sera donc obligé de se soumettre aux ordres de cet homme, mais dans quel but véritable ?

 

Les dieux voyagent toujours incognito de Laurent Gounelle : mon avis sur le livre

J’avais déjà lu le premier livre de Laurent Gounelle : « L’homme qui voulait être heureux », avant celui-ci. Ce deuxième roman est très différent du premier.

Le roman commence par la tentative de suicide d’Alan qui sera avortée par l’arrivée de Monsieur Dubreuil. Cela met le lecteur dans une ambiance étrange, ce qui m’a immédiatement embarquée. Au fil des pages, je voulais savoir où toute cette histoire allait mener Alan. Plus j’avançais plus je découvrais des informations qui me troublaient. J’étais complètement perdue et j’étais bien loin d’imaginer le dénouement.

L’intrigue est très bien ficelée, il s’agit d’un roman de développement personnel mêlé à un polar. J’ai adoré !

Ce livre se lit très facilement : les chapitres sont courts et l’écriture fluide.

La confiance en soi, l’estime de soi et les valeurs personnelles sont mises au premier plan et le lecteur découvre leur importance en même temps qu’Alan.

C’est un roman riche en enseignements que je conseille vivement !

À très bientôt sur Cannibalecteur,

Céline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *