Elle s’appelait Sonia Verjik de Dominique Lebel

Elle s'appelait Sonia VerjikJ’ai été récemment contactée par Dominique Lebel. Dans son message, elle me proposait la lecture de son livre : Elle s’appelait Sonia Verjik.

Dominique Lebel a été professeur pendant quelques années avant de reprendre ses études à l’Ecole du Louvre. Cependant, cette deuxième expérience ne lui permettra pas de changer de profession et Dominique continuera à faire ce qui la passionne : enseigner.

Dans cet article, je vous présenterai son deuxième roman : Elle s’appelait Sonia Verjik.

 

Elle s’appelait Sonia Verjik de Dominique Lebel : un résumé de l’histoire

C’est au Kosovo et plus précisément dans la ville de Prizren que Sonia Verjik rencontra François Lagarde, un ingénieur expatrié en Yougoslavie.
Il tomba rapidement amoureux de Sonia et ils décidèrent d’habiter en Bretagne. Cependant, Sonia quittera rapidement François pour Jean-Baptiste un comédien du théâtre de 10 heures où elle décrochera un emploi de femme de ménage.

Cinq ans après leur première rencontre, Sonia tombera enceinte. C’est à ce moment là que leur histoire d’amour prendra un autre tournant : Sonia ne voudra pas de l’enfant et refusera toute maternité.
Elle décidera de s’enfuir au Kosovo, de retourner parmi les siens, laissant Jean-Baptiste derrière elle…
Le destin s’acharnera sur elle et Sonia mourra quelques jours après l’accouchement, laissant une petite Dila aux bons soins de sa mère. Deux ans plus tard son père viendra la chercher et l’élèvera.

Elle s’appelait Sonia Verjik, c’est l’histoire de Dila, une enfant qui s’acharne à recoller les morceaux du passé et qui court après le fantôme d’une mère qu’elle n’a jamais eu.

 

Dominique Lebel : un résumé de son deuxième roman

Elle s’appelait Sonia Verjik raconte l’histoire de Sonia, une jeune immigrée Kosovare qui passa quelques années de sa vie en Bretagne et qui donna naissance à Dila, dans son village natal de Prizren.
Dans ce roman, Sonia est présentée par trois personnes à tour de rôle : Dila (sa fille), Jean-Baptiste (le père de sa fille) et Pétroja (sa belle-sœur). J’ai beaucoup aimé découvrir Sonia d’après le point de vue de ces trois différentes personnes.
Cela donne un aspect très intéressant au roman et permet de mêler différents sentiments.

Dominique Lebel - Elle s'appelait Sonia Verjik

Elle s’appelait Sonia Verjik vu par Céline Cannibalecteur

Ce roman est très bien écrit, je n’ai repéré aucunes coquilles.
Si vous aimez les histoires d’amour et de famille, vous apprécierez cette histoire dont le dénouement est aussi incroyable que vraisemblable.
La chute est vraiment inattendue, je ne m’attendais vraiment pas à cela et j’ai été agréablement surprise.

Je vous recommande vivement ce roman de Dominique Lebel.

A très bientôt sur Cannibalecteur,

Céline
Cannibalecteur
« Elle s’appelait Sonia Verjik » de Dominique Lebel vous tente ? 
Voici un lien pour vous le procurer rapidement : 

2 thoughts on “Elle s’appelait Sonia Verjik de Dominique Lebel

  1. Merci beaucoup Céline, d’abord pour avoir lu mon roman, ensuite pour avoir parlé avec tant de bienveillance de cette histoire.
    Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *